Homélie

Saint-Ferréol, une grâce faite à chacun

«  Entrez:  Dieu  est  en  attente,  sa  maison  est  un  lieu  pour  la  paix.  » 
Ce  refrain  qui  a  ouvert la  messe  raconte  à  merveille  ce  qu’est  le  sanctuaire  «  Saint-Ferréol  les  Augustins  »  :  un lieu  pour  la  paix,  une  maison  dont  la  façade  blanche  invite  les  passants  à  entrer,  la  salle d’attente  paisible  d’un  Dieu  toujours  disponible,  prêt  à  écouter,  consoler,  conseiller… Notre-Dame  de  la  ceinture  ne  démentira  pas  cette  attention  divine,  toujours  hospitalière.
Venir  à  Saint-Ferréol  est  une  grâce  faite  à  chacun.  Car  cette  maison  de  Dieu  fleure  bon l’Évangile.  Elle  est  un  trésor  caché,  non  pas  dans  un  champ,  mais  au  bord  d’un  port  : chacun  peut  y  déposer  ses  fardeaux  comme  les  portefaix  de  jadis.  Elle  est  une  perle  de grande  valeur  :  quand  on  l’a  trouvée  une  fois,  on  y  revient  plusieurs  fois.  C’est  un  filet qu’on  jette  sur  la  mer  :  combien  de  migrants  accueillis  ici,  de  naufragés  de  la  vie  heureux d’y   trouver  écoute  et  repos. 
A  Saint-Fé,  toutes  sortes  de  poissons  viennent  et  se rassemblent  autour  de  Jésus.  Voir  de  telles  assemblées  bigarrées  est  un  vrai  bonheur. C’est  le  cœur  de  Marseille,  ville  ouverte  au  monde,  qui  palpite  ici.  Chacun  ici,  à  sa manière,  vient  vers  Jésus.  Chacun  ici,  à  sa  manière,  aime  Dieu,  le  cherche  et  le  trouve. Chacun  ici,  à  sa  manière,  demande  à  l’Esprit  de  «  faire  tout  contribuer  à  son  bien  », surtout  quand  la  vie  est  trop  rude.  Beaucoup  d’accueillants  et  d’écouants,  de  religieuses, religieux  ou  prêtres  ont  été  témoins  ici  de  quêtes  spirituelles  profondes,  parce  que  d’abord humaines  et  souvent  fragiles,  et  de  conversions  humaines  bouleversantes,  parce  que habitées  par  l’Esprit,  même  si  les  personnes  ne  s’en  rendaient  pas  compte  sur  le  moment.
Venir  à  Saint-Ferréol  est  une  grâce  faite  à  chacun.  En  écoutant  la  première  lecture  de  ce dimanche,  je  me  disais  que  le  jeune  roi  Salomon  se  serait  trouvé  à  son  aise  ici  pour répondre  à  la  surprenante  question  du  Seigneur  :  «  Demande  ce  que  je  dois  te  donner  ». Tout  roi  qu’il  était,  il  aurait  trouvé  sa  place  parmi  nous.  Il  aurait  même  pu  sympathiser  avec celui  qui  se  présente  comme  le  «  roi  des  clochards  »  au  petit-déjeuner  le  dimanche  matin sur  le  parvis  de  Saint-Ferréol.  «  Demande  ce  que  je  dois  te  donner  ».  Vous  avez  entendu  la réponse  de  Salomon  ?  Un  cœur  attentif.  C’est  ce  que  le  Seigneur  peut  donner  à  chacun dans  ce  sanctuaire  :  l’art  d’être  attentif  grâce  à  un  cœur  intelligent,  c’est-à-dire  capable d’ouverture  et  de  respect.  «  Demande  ce  que  je  dois  te  donner  ».  Et  vous,  qu’aimeriez-vous demander  ce  matin  au  Seigneur  ?  Comme  Salomon,  osez  le  lui  demander,  maintenant.

Thierry Lamboley
Saint-Ferréol, 26 juillet 2020

Voir toutes les homélies